ACBF

Facebook Twitter Linkedin Youtube 

« Des personnes qualifiées et des institutions fortes sont la clé pour transformer l'Afrique », affirme Nnadozie aux sessions du FMI et du GBM

Harare, Zimbabwe
30 oct, 2017

Harare, 30 octobre 2017 (ACBF) - L'appel des parties prenantes mondiales au FMI et au Groupe de la Banque mondiale à s'engager en faveur d'une « croissance forte, durable, équilibrée, inclusive et riche en emplois » et à promouvoir les politiques et augmenter le renforcement des capacités qui aidera les pays pauvres à « déclencher leur potentiel de croissance et à renforcer leur résilience face aux chocs » redonne de la vigueur au mantra de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF) : inciter l'Afrique à produire des personnes qualifiées et des institutions fortes pour la transformation du continent.

Dirigée par son Secrétaire exécutif, le Professeur Emmanuel Nnadozie, la Fondation a activement participé aux sessions annuelles du FMI et du Groupe de la Banque mondiale en octobre 2017 à Washington, où les acteurs des différents comités des institutions convoquées ont lancé cet appel. L’œuvre de l'ACBF a attiré l'attention de l'Annual Meetings Daily, qui a été un « journal » complet de l'événement depuis plusieurs années maintenant.

Dans l'entretien suivant accordé à ladite publication à Washington, le professeur Nnadozie relate succinctement le parcours de l'ACBF au cours des 26 dernières années, explique pourquoi la Fondation est plus pertinente que jamais pour l'Afrique et invite les États africains et les partenaires au développement à soutenir la Fondation en tant qu'Agence spécialisée de l'UA pour le renforcement des capacités pour contribuer à élever le continent à un niveau où il est capable de réaliser son propre développement.

Annual Meetings Daily : Pourquoi le renforcement des capacités est-il essentiel à la transformation de l'Afrique et quels sont les défis à relever dans l'accomplissement de cette tâche cruciale ?

Pr. Nnadozie : Les efforts de développement de l'Afrique sont entravés par de graves lacunes de capacités, souvent sous la forme d'une pénurie de compétences critiques, de déficits de leadership, des mentalités inhibantes et d'institutions faibles. Cela a gravement entravé les capacités de mise en œuvre des politiques et stratégies de développement existantes sur le continent. Cette persistante lacune de mise en œuvre a abouti à de bonnes stratégies et politiques de développement ne se traduisant pas par des résultats de développement souhaitables, notamment une croissance économique soutenue, une transformation structurelle, l'emploi, la réduction des inégalités et l'éradication de la pauvreté. Identifier et traiter les lacunes de capacité, particulièrement les lacunes de capacité de mise en œuvre exigeront des efforts considérables pour développer le leadership et les compétences critiques, catalysant le changement de mentalité et créant ou renforçant des institutions clés aux niveaux national, régional et continental et dans les secteurs étatiques et non étatiques.

Les pays africains désirent transformer leurs économies principalement du statut d’économies primaires dépendantes des produits de base en économies industrialisées et ils l'ont formulé dans leurs stratégies nationales de développement et dans l'Agenda 2063. Cependant, la réalité est que le secteur manufacturier demeure relativement petit en Afrique par rapport aux autres régions en voie de développement. Il représente 11% du PIB, soit des ratios inférieurs à ceux des autres régions en voie de développement tels que l'Asie de l'Est et le Pacifique (23%), l'Asie du Sud (16%) et l'Amérique latine et les Caraïbes (14%).

L'Afrique a longtemps souffert de la faible croissance de la productivité et de la faible diversification des exportations. Alors que certains pays tels que l'Afrique du Sud, le Maroc, le Kenya, l'Éthiopie, l’Ile Maurice, etc. élargissent leur gamme d'industries et de produits, dans l'ensemble, l’Afrique a dû relever le défi de la faible valeur ajoutée dans le secteur manufacturier et de la recherche, du développement et des progrès technologiques limités. Malgré les efforts considérables déployés par l'ACBF et d'autres dans la période qui a suivi les indépendances pour renforcer les capacités humaines et institutionnelles de l'Afrique, le manque de capacités adéquates demeure un obstacle majeur à une croissance économique soutenue, une transformation structurelle et un développement durable.

Si vous regardez les 50 ans depuis que de nombreux pays africains ont accédé à l'indépendance, vous vous rendrez compte que presque tous les pays ont développé, sous une forme ou une autre, des stratégies de développement économique. Plusieurs ont des visions pour devenir des économies émergentes et des pays à revenu intermédiaire. La réalité est que, malgré les progrès notables réalisés dans de nombreux domaines, souvent, ces grands plans et stratégies n'ont pas pleinement atteint les résultats de développement escomptés.

Ce n'est pas toujours à cause d'un manque de financement mais principalement à cause des faibles capacités humaines et institutionnelles de mise en œuvre de ces stratégies. Nous constatons également que même le financement du développement reçu par ces pays auprès des institutions de financement du développement n'est pas pleinement utilisé en raison des faibles capacités d'absorption. Les capacités sont donc le chaînon manquant.

L'ACBF est prête à continuer à soutenir les pays africains et leurs institutions dans leurs efforts de développement ou de renforcement des capacités humaines, institutionnelles et immatérielles et continuera à mobiliser des ressources, fournir des subventions, fournir des services de renforcement des capacités et tirer parti des connaissances pour leurs objectifs de développement. La Fondation veillera à ce que le renforcement des capacités reçoive l'attention qu'il mérite et continuera à mettre l'accent sur l'innovation, la rétention, l'harmonisation, l'utilisation et le renforcement durable des capacités.

Quelles sont les compétences essentielles nécessaires à la transformation de l'Afrique et quel niveau de sensibilisation et d'engagement les pays africains ont-ils à investir dans ces compétences ?

Le premier plan décennal du plan de développement de l'Afrique, l'Agenda 2063, jette les bases de la transformation de l'Afrique d'un continent fortement tributaire des exportations des matières premières à un marché plus concurrentiel, axé sur la fabrication, l'industrie, la valeur ajoutée et la participation effective dans les chaînes de valeur mondiales. Les travaux de l'ACBF ont démontré que les capacités en matière de science, de technologie et d'innovation sont essentielles à cet effort, ce qui nécessite des efforts considérables pour promouvoir les domaines de la science, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM). Malheureusement, ces capacités sont actuellement très insuffisantes. Par exemple, il faudra environ 2,4 millions d'ingénieurs et 1,3 million d’agronomes pour atteindre les objectifs du premier plan décennal de l'Agenda 2063.

Au rythme auquel ces compétences critiques sont produites, l’on n’a pas besoin d’être expert pour savoir que les objectifs de développement nationaux et continentaux ne seront très probablement pas atteints. Il est donc important de faire attention à la façon de développer massivement ces compétences critiques.

En juin 2014, les chefs d'État et de gouvernement africains ont adopté une Stratégie décennale de la science, de la technologie et de l'innovation pour l'Afrique, communément appelée STISA-2024. La stratégie fait partie de l'Agenda 2063 de l'UA, axée sur les personnes et axée sur les personnes, qui repose sur la science, la technologie et l'innovation comme outils multifonctionnels et facilitateurs pour atteindre les objectifs de développement du continent. La stratégie favorise davantage la transformation sociale et la compétitivité économique, à travers le développement du capital humain, l'innovation, la valeur ajoutée, l'industrialisation et l'entrepreneuriat.

La Stratégie 2017-2021 de l'ACBF, l'Agence spécialisée de l'UA sur le renforcement des capacités, est développée autour de quatre piliers stratégiques destinés à appuyer l'Agenda 2063 et les ODD, le premier et le second visant à permettre la réalisation efficace des priorités de développement continentales et aider les pays à obtenir des résultats concrets en matière de développement. L'ACBF invite tous les partenaires à se joindre à nous pour contribuer à développer, retenir et utiliser pleinement ces compétences essentielles pour la transformation de l'Afrique.

Quelles sont les principales réalisations de l’ACBF ?  

L'ACBF a connu un succès phénoménal dans ses interventions en Afrique au cours des 26 dernières années. La gestion exemplaire d'environ 750 millions de dollars de fonds par la Fondation pour la production des connaissances, le renforcement des capacités et la consolidation des capacités humaines et institutionnelles ont permis de former plus de 5000 experts dans plusieurs domaines de la gestion économique en Afrique. Au moment où je vous parle aujourd'hui, certains de ces experts sont devenus ministres des Finances, membres du gouvernement, tandis que beaucoup d'autres sont les principaux conseillers en politiques au sein des ministères des Finances et du Développement économique ainsi que dans les banques centrales, ils sont responsables de la conception de certains des résultats de croissance que vous avez observés sur le continent au cours de la dernière décennie.

Dans un seul pays, j’ai constaté qu'il y avait environ 30 membres du personnel du Ministère des Finances qui sont bénéficiaires des programmes de renforcement des capacités de l'ACBF.

Notre soutien aux pays ne s'est pas limité aux secteurs économiques et financiers mais aussi à la gestion du secteur public, où nous nous sommes associés aux responsables du secteur public et aux institutions d'économie agricole du continent pour élaborer des programmes adaptés aux besoins du continent.

Les diplômés de ces institutions sont allés de l'avant pour améliorer l'architecture de gouvernance de leurs pays tandis que d'autres sont des entreprises de gestion qui contribuent énormément à la croissance des économies de leurs pays.

En outre, nous avons renforcé diverses institutions pour améliorer leur efficience et leur efficacité à différents niveaux, ministères, les parlements, les communautés économiques régionales ainsi que les principales organisations continentales telles que la Commission de l'Union africaine, le NEPAD, le Mécanisme africain d'évaluation par les pairs (MAEP), entre autres.

Nous avons également contribué à calibrer les programmes continentaux pour les rendre réalisables. Par exemple, l’ACBF a été responsable des travaux novateurs visant à identifier les impératifs de capacités pour la mise en œuvre de l'Agenda 2063 avec une cartographie claire de la façon de s'y prendre dans les dix premières années. En rapport avec cela, nous avons fait la promotion de l'intégration régionale sur le continent grâce à notre travail et à nos investissements visant à aider les communautés économiques régionales (CER) à améliorer leurs politiques, en particulier pour le commerce et la promotion de l'intégration régionale.

Des exemples clairs comprennent l'harmonisation des cadres de financement public pour diverses CER et l'adoption de critères de convergence pour les communautés monétaires.

Nous avons également autonomisé les femmes sur le continent à travers divers programmes. Par exemple, le programme Empowering Women in Agriculture, dirigé par la Présidente libérienne, S.E. Ellen Johnson-Sirleaf a eu un impact appréciable sur le continent. Nous avons favorisé le dialogue et une meilleure compréhension du renforcement des capacités sur le continent à travers nos services de connaissances et nos produits de connaissance, entre autres le Rapport sur les capacités en Afrique, et d'autres outils de connaissance. La liste continue. En gros, nos principales réalisations incluent le renforcement des politiques publiques, la production d'économistes et de gestionnaires hautement qualifiés, le renforcement des institutions pour la responsabilité financière, l'amélioration de l'efficacité des acteurs non étatiques, l'autonomisation des femmes, l'amélioration du commerce et l'intégration régionale, le renforcement des parlements, l’amélioration des connaissances en matière de renforcement des capacités, fournir une plate-forme pour le dialogue et la coordination du renforcement des capacités et promouvoir une concentration sur les résultats.

L'ACBF est dans la première année de sa Stratégie 2017-2021. Expliquez ce que la stratégie cherche à réaliser.

La Stratégie vise à réaliser une Afrique capable de mener son propre développement. C'est notre vision globale et son développement est inscrit dans l'Agenda 2063 et les Objectifs de développement durable. La stratégie repose sur quatre piliers: contribuer à la réalisation des programmes continentaux, c'est-à-dire les plans d'action 2063, 2030 et sous-régionaux; aider les pays à atteindre les résultats de développement; travailler avec le secteur privé, la société civile et les acteurs non étatiques afin qu'ils puissent contribuer plus efficacement au développement durable; et la production de services de connaissances adaptés aux fins recherchées pour le renforcement des capacités et le développement économique et social global du continent.

Nous portons également notre attention sur d'autres domaines tout aussi essentiels. Premièrement, nous accordons une attention sérieuse à la viabilité de chacune de nos activités et chacun de nos programmes. Deuxièmement, nous nous concentrons sur le démantèlement des contraintes de capacité pour le développement économique et le renforcement des capacités de mise en œuvre. Troisièmement, nous favorisons l'harmonisation,

La rétention et l'utilisation des capacités, afin que l'Afrique puisse bénéficier directement des personnes dont elle améliore les compétences grâce aux efforts de l'ACBF et des institutions partageant les mêmes idées. Et quatrièmement, nous établissons des partenariats stratégiques pour contribuer à atteindre notre objectif.

Nous visons à réaliser les objectifs de la stratégie conformément aux quatre piliers : 1) en mobilisant des ressources pour le renforcement des capacités,  2) en investissant dans le renforcement des capacités à travers des subventions mais surtout à travers la gestion responsable des fonds et des programmes continentaux complexes, 3) en produisant le type de connaissances qui nous aidera à faire avancer l'Afrique et à apprendre davantage, 4) en fournissant des services de renforcement des capacités et 5) en innovant dans nos efforts de renforcement des capacités.

Que devraient faire les donateurs, les pays africains et les autres partenaires pour soutenir l'ACBF ?

Ils peuvent faire beaucoup. L’ACBF est reconnaissante pour le travail satisfaisant qui a été fait, grâce au soutien des États membres africains, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ainsi que des partenaires bilatéraux occidentaux et des donateurs privés tels que la Fondation Bill et Melinda Gates, qui ont généreusement soutenu notre travail depuis 1991. Cependant, il reste encore beaucoup à faire parce que les défis sont énormes et qu'ils deviennent chaque jour plus complexes. Par exemple, nous avons identifié d'énormes lacunes dans le nombre d'ingénieurs,

d’agronomes et de gestionnaires du développement nécessaires pour que l'Afrique atteigne un point de transformation ainsi que le besoin de former des leaders transformateurs. Les institutions clés du développement demeurent faibles et inexistantes dans de nombreux pays. De nombreux pays africains ont de grands plans de développement, mais les compétences de mise en œuvre sont faibles. Nous aidons donc activement les pays, en particulier ceux qui sont touchés par un conflit ou une crise, à acquérir les compétences voulues et à créer ou renforcer des institutions clés afin d’appliquer ces plans. La dernière de ces interventions a été faite au Soudan du Sud, aux Comores et en Gambie.

Nous avons besoin de ressources énormes pour faire ce travail qui devient de plus en plus critique. Pour que l'ACBF continue sa bonne œuvre, nous avons besoin du soutien financier et politique de tout le monde : les partenaires bilatéraux, multilatéraux et les États membres africains.

Il est important que les pays africains, en particulier, reconnaissent qu'ils doivent soutenir leur organisation. Après tout, la seule façon d’aboutir à l'Afrique que nous voulons est de faire en sorte que l'Afrique soit capable de réaliser son propre développement, comme cela est indiqué dans notre énoncé de vision.

 

-FIN-

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Abel Akara Ticha

Chargé principal de la communication
La Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique
Harare, Zimbabwe
+263 7+263-4 304663, 304622, 332002, 332014 ; Ext. 279
Email : A.Ticha@acbf-pact.org 

À propos de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF)

Après avoir lancé et coordonné efficacement des programmes de renforcement des capacités d'une valeur de plus de 700 millions de dollars américains dans 45 pays et 8 communautés économiques régionales (CER) en Afrique depuis 1991, l’ACBF a rassemblé l'expérience requise qui en fait l'institution incontournable en matière des connaissances spécialisées et de ressources humaines pour conseiller et appuyer les pays africains, les CER et les institutions sur des mesures décisives à prendre pour développer de toute urgence les compétences pratiques nécessaires pour la transformation économique du continent.

Les preuves provenant de notre travail de pointe (constitué des centaines de publications en matière de connaissances) et du travail de plusieurs partenaires montrent que les efforts de développement de l'Afrique sont entravés par de graves déficits de capacités se présentant souvent sous la forme de pénuries de compétences critiques, de déficits de leadership, d'entraves dues aux mentalités et aux institutions faibles. La pénurie de compétences pratiques sur le continent est importante dans des domaines clés tels que la science, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques (STEM) et l'agriculture.

À l’ACBF, nous continuerons à utiliser notre expérience inégalée dans la gestion des mécanismes financiers pour le développement, notre vaste expérience en collecte des connaissances grâce à la combinaison de compétences exceptionnelles de notre personnel de base ainsi qu'à nos solides partenariats et réseaux stratégiques pour aider les pays et les institutions à identifier leurs besoins en capacités, les conseiller sur la façon de pallier à ces faiblesses de capacités et trouver les connaissances et ressources nécessaires pour développer les ressources de capacité requises, les utiliser efficacement et les conserver en vue d’atteindre leurs objectifs de développement à court et à long terme.

Notre vision est celle d’une Afrique capable de réaliser son propre développement.

Soutenez ce travail crucial

Tirer parti de vos efforts pour la transformation de l'Afrique, ou

Devenez notre Partenaire en écrivant à :

B.Kone@acbf-pact.org (pour nous appuyer avec des ressources pour le renforcement des capacités en Afrique)

À notre avis, les réalisations remarquables de l'ACBF au cours des 26 dernières années ne sont pas fortuites. Elles sont le fruit d’un travail acharné, du dévouement, de l’engagement, d’un leadership déterminé, de l’appui des pays membres et d’un partenariat productif.


M. Lamin Momodou MANNEH, Directeur du Centre de service régional du PNUD pour l'Afrique , ,

La reconnaissance de l'ACBF comme Agence spécialisée de l'Union africaine pour le renforcement des capacités inaugure une nouvelle ère de renforcement des capacités par l'ACBF qui nécessitera un niveau d'engagement politique et un soutien financier appropriés de la part de toutes les parties prenantes.


S.E. Erastus Mwencha, Président du Conseil d’administration de l'ACBF , ,

Le partenariat entre le Ghana et l'ACBF est une formidable bénédiction pour nous et l'occasion pour le Ghana d'accueillir la 26e Session du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF est donc une chose qui nous tient à cœur.


Honorable Ken Ofori Atta, Ministre des Finances du Ghana , ,

L'Afrique a autant besoin de l'ACBF maintenant qu'au moment de sa création en 1991, et probablement plus.


Honorable Goodall Gondwe, Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF et Ministre des Finances du Malawi , ,

L'ACBF a reçu le statut d'agence spécialisée en raison de son potentiel de transformation de l'Afrique par le renforcement des capacités.

 


S.E. Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l'UA , ,
1
2
3
4
5
X
michael kors outlet michael kors handbags outlet