ACBF

A Specialized Agency of the African Union

COVID-19 Corner                  Support Our Work

Home | Media | News | Ne négligez pas les leçons de la COVID-19

Ne négligez pas les leçons de la COVID-19

Harare
Zimbabwe
27 juil, 2020

« Ne négligez pas les leçons de la COVID-19. Donnez la priorité au renforcement des capacités et coordonnez les efforts d’intervention ! » Appel du Pr Emmanuel NNADOZIE de l'ACBF

L'impact de la pandémie de COVID-19 a été sans relâche, mais les pays africains ne doivent pas négliger les leçons amèrement apprises. Au contraire, ces leçons doivent les guider vers les domaines qu'ils ont négligés dans le passé.

Cet appel a été lancé par le Professeur Emmanuel NNADOZIE, Secrétaire exécutif de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF), en ce moment où l’Afrique affronte le pic du coronavirus.

« Même si cette pandémie est une crise majeure pour le continent, je suis convaincu qu’elle offre également l’occasion de faire les choses que nos pays auraient dû faire. Il y a l'Accord d'Abuja sur l’investissement de 7% des dépenses publiques dans la santé, mais les systèmes de santé à travers le continent sont encore en piteux état. Nous avons maintenant la possibilité de résoudre à court terme la question du contrôle et de la prévention de la propagation du virus et en même temps de restructurer les budgets et réorienter les ressources vers les systèmes de santé publique pour être à même de faire face à la pandémie. »

L'une des principales leçons que la COVID-19 a enseignées à l'Afrique est le danger du manque d’investissement dans les institutions et le capital humains. Dans sa forme la plus simple, le renforcement du capital humain touche principalement la santé et l'éducation, bien que certains experts disent qu’il va au-delà du capital social et d'autres domaines.

Mais comme l'explique le professeur Nnadozie : « Si les pays négligent les investissements dans la santé et l'éducation (c'est-à-dire le capital humain), il devient difficile d’aboutir à un développement réel ou de transformer les économies d'une manière qui assure résilience et stabilité. La leçon ici, que l'ACBF a mise en évidence depuis près de trois décennies, est que l'investissement dans des capacités essentielles est crucial et est maintenant bien plus important que jamais.

La récente évaluation par l'ACBF des capacités électroniques de l'Union africaine (UA) pour réaliser l'Agenda 2063 a révélé un grave manque de compétences essentielles nécessaires pour que la transformation se produise en Afrique. Entre autres, l'évaluation confirme que le continent a un besoin profond de milliers et de milliers d'ingénieurs, de médecins, d'infirmières, de premiers intervenants et de tous les agents de santé. Au-delà de l'investissement dans le capital humain se pose la question de la rétention du capital humain formé sur le continent. Ceci, selon le Secrétaire exécutif, est bien plus primordial.

« L'utilisation de ce capital humain est extrêmement importante parce que nous trouvons des situations où les pays africains subventionnent maintenant l'Occident en consacrant leurs maigres ressources à la formation d'infirmières et de médecins qui émigrent ensuite en Amérique du Nord et dans d'autres pays occidentaux qui n'ont pas besoin de ce genre de subvention », déclare le professeur Nnadozie.

Depuis près de trois décennies maintenant, l’ACBF promeut et propose de manière agressive la rétention des capacités et l’utilisation de politiques et de stratégies pour aider les pays africains à minimiser la crise de la « fuite des cerveaux », afin de maintenir l’investissement maximal nécessaire à la formation du capital humain.

Le professeur Nnadozie a appelé à plus d'efforts en disant: « Même s'il est clair pour tous que les capacités sont le chainon manquant de la pièce centrale, il y a plus de paroles que d'action. En conséquence, les investissements dans le renforcement des capacités au fil des ans ont été nettement insuffisants, ce qui est surprenant, car on aurait pu s’attendre à ce que le renforcement des capacités soit une intervention sérieusement envisagée, étant donné l’énormité du défi auquel les pays africains sont confrontés. »

Gestion économique appropriée

Pour le Secrétaire exécutif, il n'y a pas de meilleure politique que d'avoir une bonne gestion économique, la viabilité de la dette et la restructuration de l'économie. Cependant, bien que les pays africains aient souvent parlé de transformation économique, les compétences et les infrastructures essentielles nécessaires pour les réaliser ne sont toujours pas en place.

Le professeur Nnadozie dit que la pandémie de COVID-19 a provoqué à la fois des chocs d'offre et de demande dans les économies africaines, révélant qu'une fois qu'un pays subit ces deux chocs en même temps, il devient très difficile de résoudre les problèmes qui en résultent.

Passant aux conséquences de la pandémie, le Secrétaire exécutif a souligné : « Les politiques qui devraient être mises en place par les pays africains doivent être considérées à la fois sous l’angle de la demande réduite et sous l’angle de l'impact direct de la maladie, de l'impact de l’intervention contre la maladie et de ce qui se passe une fois la maladie éliminée. »

Exprimer clairement les besoins de l’Afrique

Le professeur Nnadozie a cependant félicité l'Afrique pour avoir clairement exprimé le soutien dont elle a besoin pour lutter contre la crise du COVID-19.

« Du point de vue des capacités, nous avons été en contact avec nos parties prenantes, y compris les États membres, sur ce que seraient leurs besoins et plusieurs d'entre elles ont minutieusement exprimé ces besoins. Nous travaillons avec nos partenaires pour voir comment soutenir nos États membres », a révélé le Secrétaire exécutif.

Des discussions sont en cours entre les États membres de l'ACBF avec la BAD, la Banque mondiale, le FMI et l'Union européenne. L'Union africaine a également été impliquée pour coordonner les discussions qui visent à exprimer les besoins de l'Afrique de la manière la plus informée, organisée, cohérente et globale possible.

Les principaux défis de la pandémie de COVID-19 demeurent la faible capacité des pays à effectuer des tests et la détection, des traitements et des soins intensifs, à mobiliser et gérer les ressources, à gérer l’économie, à protéger les pauvres et les vulnérables, à communiquer et à sensibiliser.

Les ministres africains de la santé se sont engagés ensemble pour exprimer ensemble ces besoins. D'autre part, la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique conseille aux États membres de regarder au-delà de la santé, de réfléchir aux dimensions du développement social et économique.

« Dans tout cela, la coordination est très importante. Il doit y avoir une meilleure coordination des efforts interdépartementaux et interministériels », déclare le Secrétaire exécutif. « Il doit également y avoir une coordination à différents niveaux des gouvernements et aux niveaux sous-national, national et régional, car sans coordination, il sera difficile de résoudre ce problème mondial », conclut le professeur Nnadozie.

Ken Ofori Atta

Le partenariat entre le Ghana et l'ACBF est une formidable bénédiction pour nous et l'occasion pour le Ghana d'accueillir la 26e Session du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF est donc une chose qui nous tient à cœur.


Honorable Ken Ofori Atta, Ministre des Finances du Ghana et actuel Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF
Goodall Gondwe

L'Afrique a autant besoin de l'ACBF maintenant qu'au moment de sa création en 1991, et probablement plus.


Honorable Goodall Gondwe, ancien Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF et Ministre des Finances du Malawi
Lamin Momodou

À notre avis, les réalisations remarquables de l'ACBF au cours des 26 dernières années ne sont pas fortuites. Elles sont le fruit d’un travail acharné, du dévouement, de l’engagement, d’un leadership déterminé, de l’appui des pays membres et d’un partenariat productif.


M. Lamin Momodou MANNEH, Directeur du Centre de service régional du PNUD pour l'Afrique
Erastus Mwencha

La reconnaissance de l'ACBF comme Agence spécialisée de l'Union africaine pour le renforcement des capacités inaugure une nouvelle ère de renforcement des capacités par l'ACBF qui nécessitera un niveau d'engagement politique et un soutien financier appropriés de la part de toutes les parties prenantes.


S.E. Erastus Mwencha, Président du Conseil d’administration de l'ACBF
Thomas Kwesi Quartey

L'ACBF a reçu le statut d'agence spécialisée en raison de son potentiel de transformation de l'Afrique par le renforcement des capacités.


S.E. Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l'UA
1
2
3
4
5
X