Une agence spécialisée de l’Union africaine

ACBF

Home | Media | News | Communiqué du 6e Sommet des Think tanks africains

Communiqué du 6e Sommet des Think tanks africains

Nairobi
Kenya
14 mai, 2019
Préambule
1. Nous, think tanks africains, et délégués présents au 6ème Sommet des think tanks d’Afrique, réunis au Centre international de conférence Kenyatta à Nairobi, République du Kenya, du 26 au 28 avril 2019, sous le thème « Relever les défis de la mise en oeuvre pour le développement durable de l’Afrique », exprimons notre profonde et sincère reconnaissance à la Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) pour l'organisation de ce Sommet en partenariat avec le Gouvernement de la République du Kenya et le Kenya Institute for Public Policy Research and Analysis (KIPPRA).
 
2. Nous voudrions également exprimer notre gratitude aux partenaires, à savoir la Commission de l'Union africaine (CUA), la Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), la Fondation William et Flora Hewlett, la Banque islamique de développement, la Banque africaine d'import-export (Afreximbank), le Mécanisme africain d'évaluation par les pairs (MAEP), On Think Tanks (OTT), l'Initiative Think Tank (TTI), le Centre de développement de l'OCDE (OCDE-dev), la Southern Voice, et le Transformative Development Capacities (TDC).
 
3. Nous notons qu’il est important pour les pays africains et leurs gouvernements de faire confiance aux think tanks africains, de les consulter et les utiliser pour en faire des partenaires intellectuels stratégiques et des institutions fiables dans la recherche de solutions locales permettant de relever les défis de la mise en oeuvre du développement durable de l’Afrique.
 
4. Nous notons également que les think tanks africains peuvent et devraient contribuer à aider les pays africains, sachant qu'ils sont reconnus pour leur capacité à fournir une recherche de bonne qualité, des conseils et un plaidoyer sur les défis auxquels notre continent est confronté. Leur expertise devrait par conséquent être reconnue et soutenue, ainsi que pleinement utilisée.
Les think tanks africains et leur contribution à la mise en oeuvre des politiques et des programmes
 
5. Nous réitérons notre profonde préoccupation devant le consensus selon lequel les pays africains, les communautés économiques régionales (CER) et les organismes continentaux ont de nombreuses politiques et programmes bien conçus, mais la majorité d'entre eux ne sont pas mis en oeuvre efficacement.
 
6. Nous prenons acte des problèmes soulevés lors des différentes sessions du Sommet des think tanks d’Afrique de 2019 – en termes de capacités en matière de conception des politiques, d’agents de mise en oeuvre sur le terrain et d’institutions ressources, ainsi que de coordination aux niveaux local, national, régional et continental.
 
7. Nous exhortons les gouvernements africains à prêter attention aux enseignements tirés du secteur privé et aux solutions proposées dans le cadre de la coopération Sud-Sud afin de mener à bien la mise en oeuvre des politiques et des programmes.
 
8. Nous reconnaissons que les think tanks africains, s’ils sont davantage soutenus compte tenu de leur rôle dans l’élaboration des politiques et de la vie publique, ont un rôle essentiel à jouer pour contribuer à la résolution des problèmes de mise en oeuvre des politiques et des programmes.
 
9. Nous nous engageons à continuer de fournir des conseils sur les options politiques et les solutions innovantes possibles pour résoudre avec succès les problèmes de mise en oeuvre des politiques et des programmes en utilisant les connaissances et la mise en réseau, tout en élargissant notre portée aux acteurs politiques et en rendant nos recherches dans la région accessibles.
 
10. Nous appelons de toute urgence les gouvernements africains, le secteur privé et les autres acteurs non étatiques à collaborer avec les think tanks afin que des solutions adaptées à leurs besoins soient apportées aux problèmes de mise en oeuvre des politiques et des programmes.
 
11. Nous appelons également les think tanks et les décideurs, ainsi que les autres parties prenantes, à travailler ensemble pour renforcer les liens entre la recherche et les politiques, qui sont
essentiels pour le développement de l’Afrique et la recherche de solutions aux problèmes de mise en oeuvre.
 
12. Nous appelons et réaffirmons la nécessité d'un leadership transformateur à tous les niveaux et dans tous les secteurs, ce qui est essentiel pour le succès de la mise en oeuvre des projets et programmes de développement.
Soutenir les think tanks africains pour mieux s'attaquer aux problèmes de mise en oeuvre des politiques et des programmes
 
13. Nous notons que les difficultés de mise en oeuvre des politiques et des programmes peuvent être liées à l’insuffisance des capacités opérationnelles de gestion du processus de développement ainsi qu’aux difficultés d’harmonisation des politiques aux niveaux national, régional et continental.
 
14. Nous reconnaissons que pour mieux contribuer à résoudre les problèmes de mise en oeuvre, les think tanks africains doivent également être soutenus et qu’une attention doit être portée à leurs propres problèmes. Si les think tanks doivent tout mettre en oeuvre pour assurer leur viabilité, les gouvernements africains sont invités à institutionnaliser leur soutien à traversun appui politique et financier ainsi qu’en leur offrant un environnement favorable.
 
15. Nous appelons à un soutien continu à l'ACBF et aux autres qui supportent les think tanks afin de permettre la création de nouveaux think tanks, le cas échéant, de renforcer les capacités des instituts existants. Par ailleurs, nous invitons à veiller à ce que des plates-formes tels que le Sommets des think tanks d’Afrique et des réseaux tels que les Réseaux des think tanks d’Afrique soient soutenus et les recommandations des Sommets des think tanks portées à la haute attention des Sommets des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union africaine.
Feuille de route
 
16. Nous, think tanks et délégués, notons que le Sommet 2019 des think tanks d’Afrique a offert une occasion unique d'engager des discussions ouvertes et approfondies sur un large éventail de problèmes critiques en Afrique, notamment les défis de la mise en oeuvre des politiques et le rôle des think tanks, ce qui facilitera la recherche de solutions faisant l’objet de commun accord.
 
17. Nous nous engageons à soutenir et à contribuer au programme de recherche africain sur la mise en oeuvre des politiques et des programmes et à mettre en place une alliance pour la mise en oeuvre des capacités proposée lors du Sommet des think tanks d’Afrique de 2019 et à appeler les gouvernements africains, le secteur privé, les organisations de la société civile et toutes les autres parties prenantes à se joindre à l’ACBF et à ses partenaires à cet effet.
 
18. Nous exhortons l'ACBF, en tant qu'agence spécialisée de l'Union africaine pour le renforcement des capacités, à coordonner l’élaboration d'un programme de renforcement des capacités sur la mise en oeuvre des politiques et des programmes.
 
Présenté le 26 avril 2019 à Nairobi, République du Kenya
Ken Ofori Atta

Le partenariat entre le Ghana et l'ACBF est une formidable bénédiction pour nous et l'occasion pour le Ghana d'accueillir la 26e Session du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF est donc une chose qui nous tient à cœur.


Honorable Ken Ofori Atta, Ministre des Finances du Ghana et actuel Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF
Goodall Gondwe

L'Afrique a autant besoin de l'ACBF maintenant qu'au moment de sa création en 1991, et probablement plus.


Honorable Goodall Gondwe, ancien Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF et Ministre des Finances du Malawi
Lamin Momodou

À notre avis, les réalisations remarquables de l'ACBF au cours des 26 dernières années ne sont pas fortuites. Elles sont le fruit d’un travail acharné, du dévouement, de l’engagement, d’un leadership déterminé, de l’appui des pays membres et d’un partenariat productif.


M. Lamin Momodou MANNEH, Directeur du Centre de service régional du PNUD pour l'Afrique
Erastus Mwencha

La reconnaissance de l'ACBF comme Agence spécialisée de l'Union africaine pour le renforcement des capacités inaugure une nouvelle ère de renforcement des capacités par l'ACBF qui nécessitera un niveau d'engagement politique et un soutien financier appropriés de la part de toutes les parties prenantes.


S.E. Erastus Mwencha, Président du Conseil d’administration de l'ACBF
Thomas Kwesi Quartey

L'ACBF a reçu le statut d'agence spécialisée en raison de son potentiel de transformation de l'Afrique par le renforcement des capacités.


S.E. Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l'UA
1
2
3
4
5
X