ACBF

Une agence spécialisée de l’Union africaine

Coin COVID-19            soutenir notre travail

Home | Promouvoir le développement équitable en Zambie

Promouvoir le développement équitable en Zambie

Un modèle alternatif d'allocation développé par l'Institut zambien pour l'analyse des politiques et la recherche (ZIPAR), visant à améliorer l'utilisation du Fonds de développement des circonscriptions (CDF) en Zambie, a abouti à des discussions et des échanges de questions entre le gouvernement et les parties prenantes, qui pourraient conduire à une meilleure utilisation du CDF.

Le CDF, qui a été approuvé par le Parlement zambien en 1995 et géré par le gouvernement local pour toutes les circonscriptions zambiennes, est destiné à appuyer la mise en œuvre des programmes de développement au niveau des circonscriptions. C’est le seul fonds qui aille directement à la communauté et, par conséquent, un véhicule important pour la satisfaction de ses besoins prioritaires. Les communautés sont, dans une mesure raisonnable, impliquées dans l'utilisation des fonds. Le problème, cependant, est qu’un quantum égal du fonds est versé à toutes les circonscriptions, indépendamment de leur taille ou de leur emplacement géographique, de la taille de leur population ou du niveau de leur privation. Nonobstant le modèle actuel « passe-partout » de répartition, le CDF a le potentiel de faire sortir de la pauvreté les communautés rurales et défavorisées et de promouvoir un développement équitable dans le pays.

Le modèle d'allocation élaboré par ZIPAR vise à promouvoir la distribution équitable et un développement efficace des circonscriptions en question et de stimuler une utilisation des fonds qui reflète les besoins et les capacités de chaque circonscription.

Le ZIPAR a cherché à élaborer un modèle d'allocation des ressources pour le CDF qui prenne en compte les différents besoins des circonscriptions et qui soit donc équitable. Une solide étude impliquant à la fois des recherches documentaires et sur le terrain a été menée, laquelle a abouti à l'élaboration d'un modèle équitable pour l'attribution du CDF. Pour s’assurer que le modèle soit rapidement accepté, approprié et utilisé, le ZIPAR a approché des parlementaires qui seraient les dépositaires du modèle et les conseils locaux à travers lesquels le fonds a été administré. En outre, le ZIPAR a présenté ce modèle l'année dernière lors d'une réunion de gestion économique du Ministère des finances, à laquelle ont assisté le Secrétaire au Trésor, la Banque de Zambie et d'autres institutions de haut niveau. Le Ministère a reconnu la nécessité d'une formule fondée sur les besoins dans l'attribution du CDF et a également indiqué qu'une telle formule pouvait être appliquée au-delà du CDF.

Un article sur le CDF paru dans un journal local (The Times) en juillet 2014 a révélé que le ministre des finances avait publiquement affirmé l'engagement du gouvernement à adopter le modèle pour assurer une distribution équitable du CDF. Dans un communiqué, le ministre aurait déclaré : « L'attribution à parts égales du CDF à toutes les circonscriptions n’est pas juste, puisque les circonscriptions rurales sont confrontées à des problèmes plus graves que ceux des circonscriptions urbaines. » Le journal a poursuivi en signalant que le ministre aurait demandé « à la commission parlementaire compétente de donner des indications sur la façon dont la question pourrait être résolue afin de s’assurer qu'il y ait une juste répartition des ressources », ce qui est précisément le point de vue promu par ZIPAR.

En outre, dans le budget 2015, le gouvernement a introduit un fonds de péréquation du gouvernement local qui utilisera un modèle d'allocation des ressources afin de déterminer quelle portion du fonds doit être versée aux circonscriptions selon leurs besoins.

Une preuve de l'impact du modèle d'allocation des ressources a également été donnée lorsqu’un membre éminent du parlement, l'honorable Given Lubinda, a effectué une visite surprise aux bureaux du ZIPAR le 13 août 2014. Le député s’est intéressé au modèle et a demandé une publication sur le modèle CDF. Il s’est aussi intéressé à d'autres études de recherche faites par le ZIPAR.

En se concentrant sur la mise en œuvre d'un modèle qui reflète les besoins et les priorités de chacune des circonscriptions, l'utilisation d'un modèle de répartition équitable des ressources contribuera énormément à améliorer l'utilisation efficace et productive du CDF et à promouvoir le développement équitable des circonscriptions et de la Zambie en général.

< Précédent  | Capacités Afrique numéro 7 | PDF | Suivant >

Ken Ofori Atta

Le partenariat entre le Ghana et l'ACBF est une formidable bénédiction pour nous et l'occasion pour le Ghana d'accueillir la 26e Session du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF est donc une chose qui nous tient à cœur.


Honorable Ken Ofori Atta, Ministre des Finances du Ghana et actuel Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF
Goodall Gondwe

L'Afrique a autant besoin de l'ACBF maintenant qu'au moment de sa création en 1991, et probablement plus.


Honorable Goodall Gondwe, ancien Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF et Ministre des Finances du Malawi
Lamin Momodou

À notre avis, les réalisations remarquables de l'ACBF au cours des 26 dernières années ne sont pas fortuites. Elles sont le fruit d’un travail acharné, du dévouement, de l’engagement, d’un leadership déterminé, de l’appui des pays membres et d’un partenariat productif.


M. Lamin Momodou MANNEH, Directeur du Centre de service régional du PNUD pour l'Afrique
Erastus Mwencha

La reconnaissance de l'ACBF comme Agence spécialisée de l'Union africaine pour le renforcement des capacités inaugure une nouvelle ère de renforcement des capacités par l'ACBF qui nécessitera un niveau d'engagement politique et un soutien financier appropriés de la part de toutes les parties prenantes.


S.E. Erastus Mwencha, Président du Conseil d’administration de l'ACBF
Thomas Kwesi Quartey

L'ACBF a reçu le statut d'agence spécialisée en raison de son potentiel de transformation de l'Afrique par le renforcement des capacités.


S.E. Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l'UA
1
2
3
4
5
X