Une agence spécialisée de l’Union africaine

ACBF

Home | Media | News | « Le plus grand ennemi de l’Afrique, c’est comment le faire et non quoi faire », dit le professeur Nnadozie

« Le plus grand ennemi de l’Afrique, c’est comment le faire et non quoi faire », dit le professeur Nnadozie

Nairobi
Kenya
24 avr, 2019

L’un des grands sujets du 6e Sommet des think tanks africains a encore été : « Relever les défis de la mise en œuvre du développement durable de l’Afrique », lequel sommet s’est ouvert à Nairobi (Kenya) le 24 avril. Le Professeur Emmanuel Nnadozie, Secrétaire exécutif de l’ACBF, a encore battu le rappel sur le manque de mise en œuvre pour alerter l’Afrique du danger de la lenteur.

« Le question avec les lents progrès de l’Afrique n’est pas que l’Afrique ne sache pas quoi faire, c’est plutôt qu’elle ne sait pas comment le faire », a déclaré le professeur Nnadozie dans son allocution d’ouverture au Sommet. Il a rappelé à l’audience nombreuse à la journée d’ouverture que les Rapports sur les capacités en Afrique ont eu un message central : dans le contexte des politiques for en matière de capacités, les capacités de mise en œuvre des politiques demeure un défi majeur pour les pays africains.

C’est pourquoi le 6e Sommet des think tanks africains, qui a pour thème Relever les défis de la mise en œuvre pour le développement durable de l’Afrique, n’aurait pas pu mieux tomber, car de nombreux pays s’efforcent de ratifier la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), qui doit être officiellement lancée au mois de juillet au Niger.

« Sous l’angle positif, la ZLECA a récemment reçu les 22 ratifications obligatoires (après la ratification par la Gambie plus tôt ce mois-ci) et elle est maintenant prête à être mise en œuvre », a déclaré le professeur Nnadozie. « Cependant, des accords importants tels que l’Accord sur les échanges de produits aériens, ne pourront pas réussir en Afrique tant que les difficultés de mise en œuvre rencontrées au niveaux national, régional et continental ne sont pas abordées. »

Le Secrétaire exécutif a rappelé aux participants du Sommet le Receuil des traités, conventions et accords de l’OUA-UA de 1963 à 2014, rédigé en août 2013 par l’ACBF, l’agence spécialisée de l’Union africaine pour le renforcement des capacités. Il en ressort qu'environ 42 traités ou accords ont été signés par l'OUA et son successeur, l'UA, mais que seuls 25 avaient été ratifiés en 2014 et, pire encore, avaient à peine été mis en œuvre.

De 2002 à 2018, 51 traités et accords ont été signés par l'UA, dont 31 (60,8%) n'ont pas encore été ratifiés. « Pourquoi le continent a-t-il tardé à mettre en œuvre tous ces bons traités? », a demandé le professeur Nnadozie, avant de répondre lui-même à la question.

« Je vais tirer un exemple du rapport de 2017 sur les impératifs de capacités pour la science, la technologie et l'innovation (STI) », a-t-il commencé. « Sur les 44 pays étudiés dans le rapport, 89% avaient une stratégie pour les STI ou la promotion des STI dans le cadre de leur plan de développement national. Cependant, ces efforts n'ont pas encore abouti à des résultats concrets en matière de STI. »

« Malgré l’existence de stratégies de STI dans la plupart des pays africains, la capacité de l’Afrique en matière de STI est encore faible à l’échelle mondiale, avec peu d’innovation, une faible disponibilité du réseau, une faible préparation technologique, une pénurie de chercheurs scientifiques, peu de publications scientifiques et de faibles taux d'inscription dans les universités pour les cours relatifs aux STI.

« En 2015, a ajouté le Secrétaire exécutif, sur les 141 pays sondés grâce à l'Indice mondial de l'innovation, seuls 12 pays africains figuraient parmi les 100 plus performants au monde en matière d'innovation. Sur les 31 pays sondés en Afrique subsaharienne, 30 se trouvaient au bas de l'Indice de préparation au réseau comprenant 141 pays.

« Ce n’est pas que les pays n’aient pas de stratégie ou de plan pour les STI. Car il existe également une Stratégie pour la science, la technologie et l’innovation en Afrique (STISA-2024) au niveau continental et certaines stratégies au niveau régional, mais leur mise en œuvre a été le principal défi. »

Selon le professeur Nnadozie, ce qui manque encore, c’est la mise en œuvre actualisée de ces stratégies très bien documentées et attrayantes.

La question est alors, pourquoi des plans bien élaborés tels que le Plan d’action de Lagos et les OMD ainsi que les visions des pays n’ont pas été mises en œuvre avec succès? Et pourquoi les plans et visions n'ont-ils pas eu les effets transformationnels escomptés? Plus encore, comment le continent peut-il éviter que cela soit le cas de l'Agenda 2063 et de l'Agenda 2030? Expliquant pourquoi les questions de mise en œuvre deviennent de plus en plus difficiles à résoudre, le Secrétaire exécutif a déclaré : « Au niveau national, les questions de mise en œuvre peuvent être associés à une capacité opérationnelle insuffisante pour gérer le processus de développement (capacités humaines et institutionnelles insuffisantes, systèmes et processus de travail inefficaces, etc., et faible accès à l’information et au savoir). Les pays ont également du mal à harmoniser leurs politiques. Au niveau régional, toujours en relation avec les questions d’intégration régionale (ce qui, à mon avis, est vraiment important pour la réussite de la ZLECA), la mise en œuvre est lente, la plupart des CER rencontrant des difficultés pour former ou mettre en œuvre des accords de zone de libre-échange ; toutes les CER n’ont pas suffisamment agi pour garantir la libre circulation des biens, des personnes et des services.

« Au niveau continental, les questions de mise en œuvre peuvent être attribuées, entre autres facteurs, au manque de financement durable, avec une majorité de fonds provenant de donateurs, limitant la capacité du continent à mener à bien ses réformes et ses programmes ».

Examinant tous ces défis et leur profondeur, le Prof. Nnadozie a déclaré que le 6e Sommet des think tanks africain n’avait pas été convoqué pour débattre des questions de mise en œuvre, mais dans une plus grande mesure, de proposer des solutions à cette question.

Dans le cadre des solutions proposées, le Secrétaire exécutif a déclaré à l'auditoire que, pour que la mise en œuvre de politiques et de programmes réussisse, les six éléments suivants étaient nécessaires : (1) bien définir les politiques et les programmes, (2) créer un environnement favorable,

(3) avoir un leadership transformateur à tous les niveaux et dans tous les secteurs ; (4) assurer la responsabilité et la transparence, (5) faire des investissements financiers et non financiers essentiels, y compris des capacités non techniques et (6) entreprendre des actions concrètes.

Aller plus loin, Prof. Nnadozie a déclaré : « Compte tenu de l'évolution de la politique en Afrique et de toutes les questions soulevées quant à la lenteur de la mise en œuvre en Afrique, les centaines de think tanks africains peuvent et doivent jouer un rôle crucial en tant qu'organisations conçues pour et capables de pensée et réflexion à long terme et être proactifs pour fournir les connaissances intellectuelles pratiques nécessaires à l'Afrique en vue de faire face aux défis de la mise en œuvre. »

Pour appuyer cette entreprise louable, le Secrétaire exécutif a promis : « Grâce à sa stratégie quinquennale, l'ACBF se positionnera pour devenir un partenaire constructif dans la promotion de la mise en œuvre et de la transformation des politiques, avec un engagement stratégique tout au long de la chaîne de valeur des politiques. Elle le fera avec ses États membres et les think tanks existants et émergents. »

Ken Ofori Atta

Le partenariat entre le Ghana et l'ACBF est une formidable bénédiction pour nous et l'occasion pour le Ghana d'accueillir la 26e Session du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF est donc une chose qui nous tient à cœur.


Honorable Ken Ofori Atta, Ministre des Finances du Ghana et actuel Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF
Goodall Gondwe

L'Afrique a autant besoin de l'ACBF maintenant qu'au moment de sa création en 1991, et probablement plus.


Honorable Goodall Gondwe, ancien Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF et Ministre des Finances du Malawi
Lamin Momodou

À notre avis, les réalisations remarquables de l'ACBF au cours des 26 dernières années ne sont pas fortuites. Elles sont le fruit d’un travail acharné, du dévouement, de l’engagement, d’un leadership déterminé, de l’appui des pays membres et d’un partenariat productif.


M. Lamin Momodou MANNEH, Directeur du Centre de service régional du PNUD pour l'Afrique
Erastus Mwencha

La reconnaissance de l'ACBF comme Agence spécialisée de l'Union africaine pour le renforcement des capacités inaugure une nouvelle ère de renforcement des capacités par l'ACBF qui nécessitera un niveau d'engagement politique et un soutien financier appropriés de la part de toutes les parties prenantes.


S.E. Erastus Mwencha, Président du Conseil d’administration de l'ACBF
Thomas Kwesi Quartey

L'ACBF a reçu le statut d'agence spécialisée en raison de son potentiel de transformation de l'Afrique par le renforcement des capacités.


S.E. Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l'UA
1
2
3
4
5
X