Une agence spécialisée de l’Union africaine

ACBF

Home | Media | News | Un leadership efficace accélère les avantages de l'intégration (Prof. Nnadozie)

Un leadership efficace accélère les avantages de l'intégration (Prof. Nnadozie)

Accra
Ghana
01 juil, 2019

Le Professeur Emmanuel Nnadozie, Secrétaire exécutif de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF), l'agence spécialisée de l'Union africaine pour le renforcement des capacités, a réaffirmé que l’ingrédient clé pour accélérer et maximiser les avantages de l'intégration régionale était un leadership efficace à tous les niveaux de mise en œuvre dans les pays.

« Le leadership visionnaire et efficace est essentiel pour remédier aux faiblesses des institutions, car il procure une inspiration et une direction claires qui permettent d’assurer la mise en œuvre des décisions, favorisant ainsi les valeurs communes en vue de la solidarité africaine et de la philosophie panafricaine. Le processus d'intégration mené par les citoyens nécessitera certainement le renforcement des capacités pertinentes et un changement de mentalité de la part de tous les acteurs clés », a déclaré le professeur Nnadozie lors de son allocution au Forum sur les questions d'intégration régionale (RIIF) de 2019, portant sur L’intégration continentale en Afrique. Le forum a été coorganisé par l’ACBF et le Ministère des Affaires étrangères du Ghana en partenariat avec le Centre pour l’intégration régionale en Afrique (CRIA) du 25 au 26 juin 2019.

Le Forum sur l'assainissement RIIF 2019 a été pour les participants une plate-forme de discussion des opportunités offertes par l'intégration régionale, en particulier l’Accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), ainsi que des capacités requises pour une mise en œuvre réussie de cet Accord.

Cet évènement de deux jours a également permis aux délégués de mieux connaître les mécanismes d’intégration régionale. Il visait également à accroître l’intérêt et l’engagement des parties prenantes pour mettre en œuvre un programme d’intégration régionale et continentale en vue du développement national.

Le professeur Nnadozie a félicité le Ghana d’être un champion de l’intégration africaine et du panafricanisme. Il a déclaré que bien de choses avaient été réalisées pour promouvoir l'intégration en Afrique, comme en témoignent les progrès accomplis dans le cadre de l’Accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

« Cependant, le rythme général de l'intégration est lent, principalement parce que ses principaux moteurs et catalyseurs (en particulier des institutions solides et un leadership efficace) n'ont apparemment pas reçu l'attention requise », a-t-il dit.

Il a déclaré que la ZLECA était le premier accord de ce type à réunir tous les pays africains dans une seule zone de libre-échange, en plaçant l'accent sur la création d'un marché commun pour les biens, les services et les investissements, tout en facilitant la libre circulation des personnes.

Il a aussi déclaré que les estimations faites par l'ACBF et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) révèlent que la création de la ZLECA stimulerait les exportations africaines totales de 4% (soit 25,3 milliards USD) et produirait un total de 52% (34,6 milliards USD) d'augmentation du commerce intra-africain par rapport au niveau de base des réformes sans commerce en 2022, avec une expansion touchant un large éventail de secteurs, notamment l'agriculture et l'agroalimentaire, l'industrie et les services.

Le Secrétaire exécutif a déclaré que le commerce des produits industriels devrait augmenter de 53% entre 2010 et 2022, la ZLECA devant couvrir un marché de 1,2 milliard d'habitants et un PIB de 2,5 billions de dollars, ce qui en fera la plus grande zone de libre-échange au monde depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce.

Le professeur Nnadozie a déclaré que les institutions qui n’avaient pas fonctionné pas de manière optimale dans le pilotage de l’intégration avaient souvent des synergies insuffisantes entre elles.

Il a ajouté que l'amélioration des performances institutionnelles appelait au renforcement des cadres juridiques, à l’identification, au renforcement et à la rationalisation des institutions d’intégration globales ; au développement d’institutions plus fonctionnelles et à l’établir d’institutions essentielles telles que la Banque centrale africaine, le Fonds monétaire africain et la Banque africaine d'investissement.

Ken Ofori Atta

Le partenariat entre le Ghana et l'ACBF est une formidable bénédiction pour nous et l'occasion pour le Ghana d'accueillir la 26e Session du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF est donc une chose qui nous tient à cœur.


Honorable Ken Ofori Atta, Ministre des Finances du Ghana et actuel Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF
Goodall Gondwe

L'Afrique a autant besoin de l'ACBF maintenant qu'au moment de sa création en 1991, et probablement plus.


Honorable Goodall Gondwe, ancien Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF et Ministre des Finances du Malawi
Lamin Momodou

À notre avis, les réalisations remarquables de l'ACBF au cours des 26 dernières années ne sont pas fortuites. Elles sont le fruit d’un travail acharné, du dévouement, de l’engagement, d’un leadership déterminé, de l’appui des pays membres et d’un partenariat productif.


M. Lamin Momodou MANNEH, Directeur du Centre de service régional du PNUD pour l'Afrique
Erastus Mwencha

La reconnaissance de l'ACBF comme Agence spécialisée de l'Union africaine pour le renforcement des capacités inaugure une nouvelle ère de renforcement des capacités par l'ACBF qui nécessitera un niveau d'engagement politique et un soutien financier appropriés de la part de toutes les parties prenantes.


S.E. Erastus Mwencha, Président du Conseil d’administration de l'ACBF
Thomas Kwesi Quartey

L'ACBF a reçu le statut d'agence spécialisée en raison de son potentiel de transformation de l'Afrique par le renforcement des capacités.


S.E. Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l'UA
1
2
3
4
5
X