Une agence spécialisée de l’Union africaine

ACBF

Home | Our Work | How We Do It | Technical Support Advisory Services | Technical Support | Perspectives de la gouvernance en Afrique

Perspectives de la gouvernance en Afrique

Justification du PGA
La Banque africaine de développement (BAfD) a pour mandat de soutenir ses pays membres régionaux (PMR) afin d'améliorer l'efficacité, la responsabilité et la transparence dans la gestion des ressources publiques. Conformément à ce mandat, au fil des années, la BAfD a joué un rôle de premier plan dans le développement des capacités et l'élaboration du discours régional sur la gouvernance financière en Afrique à travers un certain nombre d'initiatives. Le dernier effort est la décision de la Banque de publier le Rapport sur les Perspectives de la gouvernance en Afrique (PGA), rapport faisant autorité sur les questions relatives à la gouvernance financière en Afrique.

Lors de son lancement, le PGA avait pour objectif de confirmer la reconnaissance et la réputation internationales semblables celles qu'a connu le Rapport sur les perspectives économiques en Afrique de la BAfD et le Rapport sur la gouvernance africaine de la CEA, entre autres.

Rôle de l'ACBF en tant que partenaire
Dans le cadre d'un protocole d'accord, l'ACBF est chargé de diriger la mise en œuvre du projet. À cet égard, l'ACBF doit piloter le projet dans 10 pays (Algérie, Burkina Faso, Ghana, Éthiopie, Kenya, Nigeria, Sierra Leone, Mali, Mozambique, Rwanda) dans le but de déterminer, entre autres facteurs, l'utilité, la facilité d'évaluation et la flexibilité du cadre analytique avant son plein déploiement. Les enseignements tirés du pilotage seront exploités dans la prochaine étape de la mise en œuvre du projet.

Cadre du PGA
La BAfD a conçu un cadre d'évaluation personnalisé pour la gouvernance financière, qui vise, entre autres, à : i) Surveiller les performances et les tendances de la gouvernance en Afrique au fil du temps ; ii) le dialogue politique de soutien avec les PMR ; et iii) inspirer les stratégies nationales de la Banque, la programmation opérationnelle et le suivi des résultats dans le domaine de la gouvernance financière, et, ainsi améliorer la qualité à l'entrée de ses activités.

Contrairement aux cadres d'évaluation traditionnels de la gouvernance financière, qui emploient essentiellement des outils de gestion financière pour l'analyse, le Cadre d'évaluation du PGA utilisera une analyse personnalisée de l'économie politique (APE) pour examiner en profondeur les relations de pouvoir et les processus économiques dans les pays africains, en vue de déterminer les facteurs et forces politiques et économiques qui prédéterminent les réussites et les échecs des interventions de développement dans ces pays.

L'utilisation de l’APE dans l'analyse du développement est relativement nouvelle et a été employée par des institutions comme le DFID, l'USAID et le NORAD. Cependant, une telle analyse ne se concentre pas uniquement sur la gouvernance financière, bien plus, dans le contexte africain.

Conception du cadre analytique du PGA s'inspire de deux facteurs clés dans les évaluations actuelles de gouvernance, à savoir : i) la nécessité d'aller au-delà des données quantitatives pour expliquer la performance de gouvernance financière des pays en analysant de long en large les facteurs politiques et économiques sous-jacents ; et ii) un changement d'évaluations nationales générales comparatives vers une analyse plus centrée, ciblée et contextualisée.

Bénéfices attendus et valeur ajoutée aux processus de connaissance et de développement en cours
Pour la Banque et l'ACBF, il est fort probable de tirer des avantages fortuits du PGA. Pour ces deux institutions, une analyse approfondie des relations de pouvoir entre les acteurs clés du développement des capacités apporter très probablement des réponses à la question de la réussite ou non des investissements dans le développement des capacités dans certains contextes. Les réponses à un certain nombre de questions moins pointues sur le développement des capacités jailliront des résultats de la recherche.

MODALITÉS DE MISE EN ŒUVRE

Processus de mise en œuvre
Le PGA est mis en œuvre en trois étapes, à savoir : i) la génération des données ; ii) l'analyse des capacités ; et iii) l'analyse des tendances.

La BAfD a déjà fait un prétest de l'instrument analytique en Tanzanie. Un rapport sur le prétest a été réalisé et servira de guide pour la prochaine phase de mise en œuvre - Expérimentation dans dix pays.

Partenariat comme un véhicule pour la mise en œuvre du PGA
Le PGA est mis en œuvre par le biais d'un effort de collaboration entre les partenaires nationaux, régionaux et internationaux sélectionnés. Sur la base de la valeur ajoutée, les partenaires seront appelés à jouer différents rôles couvrant la contribution financière, la contribution en expertise, la prestation des activités, le processus de gestion processus ou de coordination, ou une combinaison de ces facteurs.

Ken Ofori Atta

Le partenariat entre le Ghana et l'ACBF est une formidable bénédiction pour nous et l'occasion pour le Ghana d'accueillir la 26e Session du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF est donc une chose qui nous tient à cœur.


Honorable Ken Ofori Atta, Ministre des Finances du Ghana et actuel Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF
Goodall Gondwe

L'Afrique a autant besoin de l'ACBF maintenant qu'au moment de sa création en 1991, et probablement plus.


Honorable Goodall Gondwe, ancien Président du Conseil des Gouverneurs de l'ACBF et Ministre des Finances du Malawi
Lamin Momodou

À notre avis, les réalisations remarquables de l'ACBF au cours des 26 dernières années ne sont pas fortuites. Elles sont le fruit d’un travail acharné, du dévouement, de l’engagement, d’un leadership déterminé, de l’appui des pays membres et d’un partenariat productif.


M. Lamin Momodou MANNEH, Directeur du Centre de service régional du PNUD pour l'Afrique
Erastus Mwencha

La reconnaissance de l'ACBF comme Agence spécialisée de l'Union africaine pour le renforcement des capacités inaugure une nouvelle ère de renforcement des capacités par l'ACBF qui nécessitera un niveau d'engagement politique et un soutien financier appropriés de la part de toutes les parties prenantes.


S.E. Erastus Mwencha, Président du Conseil d’administration de l'ACBF
Thomas Kwesi Quartey

L'ACBF a reçu le statut d'agence spécialisée en raison de son potentiel de transformation de l'Afrique par le renforcement des capacités.


S.E. Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l'UA
1
2
3
4
5
X